Contactez nous

01 48 92 22 44
Actualités

Les pratiques trompeuses

Le Code de la Consommation vient compléter la protection conférée par l’article 1382 du Code civil.

Ainsi, l’article L. 121-1 du Code de la consommation définit certaines pratiques qualifiées de trompeuses, et le même article précise que cette disposition est applicable aux pratiques qui visent les professionnels.

La Cour de Cassation a rendu une décision le 11 mars 2014 dans une affaire Sté ERAM et autre c/ Sté Fluchos et autres , dans laquelle se posait le problème d’une publicité portant sur les caractéristiques d’une semelle de chaussures.

En résumé, la société Eram bénéficie d’une licence exclusive d’exploitation d’un brevet portant sur des semelles de chaussure extensibles transversalement. Elle apprend que la société Fluchos commercialise des chaussures, par l’intermédiaire des sociétés Bata et Beryl, en leur attribuant les mêmes caractéristiques que celles fabriquées sous licence.

La société Eram a assigné la société Fluchos sur le fondement de l’article L. 121-1 du Code de la consommation pour pratiques commerciales trompeuses. Elle soutient que la publicité faite et l’étiquetage figurant sur les chaussures à l’intérieur de l’emballage sont de nature à altérer le comportement économique du consommateur.

La Cour d’Appel de Paris avait débouté la société ERAM de ses demandes fondées sur la concurrence déloyale pour pratiques trompeuses.

La Cour de Cassation casse la décision, car elle considère que les motifs avancés par la Cour d’Appel ne permettent pas de dire si le comportement économique du consommateur a été altéré.

Affaire à suivre….

Partagez cet article : Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+
Le vol de données informatiques enfin reconnu par la Cour de cassation

Par un arrêt rendu le 20 mai 2015 par sa Chambre Criminelle, la Cour de Cassation accepte de retenir le délit de vol en présence d’une « soustraction de données à partir d’un système de traitement automatisé de données et d’utilisation sans le consentement de leur propriétaire. » Jusqu’ici, les Tribunaux considéraient que la notion [..]

Parasitisme : copie du produit non protégé d’un concurrent

A nouveau, la Cour de Cassation exprime dans un arrêt rendu par la première Chambre Civile le 19 avril 2015, que la copie servile d’un produit commercialisé par une entreprise susceptible de créer un risque de confusion dans l’esprit de la clientèle constitue un acte de concurrence déloyale. La Cour d’Appel avait, elle, jugé que [..]

Requête de l’article 145 du Code de Procédure Civile et secret des affaires

Par un arrêt rendu le 12 mars 2015, la Cour d’appel de Versailles a rappelé l’une des exigences posée par les juges appelés à contrôler l’application de l’article 145 du Code de Procédure Civile dans les dossiers de concurrence déloyale. Il s’agit, rappelle la Cour, de ne pas faire de ce recours un usage contraire [..]